Aujourd'hui je vais vous parler d'une auteure que je ne connaissais pas. Cette lacune a été comblée grâce à mon amie Violette (http://pointsdecerise.canalblog.com/).

Le style d'écriture de l'auteure est très agréable et de qualité et le thème abordé est plus que jamais d'actualité. Une femme parmi mes proches a également vécu de telles violences pendant 21 ans, d'où mon intérêt. Les violences exercées par les "pervers narcissiques" sont beaucoup plus fréquentes que l'on ne croit... Vous comprendrez aussi pourquoi les épouses ont tant de mal à quitter leur conjoint. Et cela se passe dans tous les milieux, aisés ou non !

 

Il s'agit de Marie Murski.

Marie MURSKI


 

Marie Murski est d’origine polonaise par son père. Sage-femme de métier, elle exerce en tant qu’humanitaire en Afrique, puis dans la Manche d’où elle publie poésie et nouvelles jusqu’en 1990. Elle sera alors séquestrée pendant 14 ans par un homme pervers et violent, cessera de travailler et d’écrire.
Sauvée de justesse, elle reprend son métier, change de nom d’auteure et publie en 2013 un roman, “Le chat silence”, 1er prix littéraire Romillois 2015. Puis “Cris dans un jardin”, prix des lecteurs d’Aumale, réédité 3 fois, qui relate ses années de violences conjugales.
En 2017, elle publie “Le bébé d’Adèle”, thriller qui s’est imposé dans son parcours de résilience. Elle vit actuellement dans l’Eure.

 

106

 

LE CHAT SILENCE (Marie MURSKI)

Editeur : La Taillanderie -  224 pages  -  ISBN : 978-2876294271

 

« - J’ai maintenant des douleurs, dit soudain l’épicière. Ses mains allaient et venaient au-dessus de sa blouse.

Fiona remarqua qu’un bouton pendait, prêt à tomber.

-        Dans le ventre ? demanda-t-elle.

-        Oui. C’est normal. J’ai quelque chose dedans.

-        Quelque chose ?

-        Un enfant sans doute. Quelque chose comme ça.

-        Ah, fit Fiona. Vous êtes sûre ?

-        Oui.

Après un temps elle ajouta :

-        Il bouge un peu. Quand même. »

 

Sage-femme, l’auteur(e) a entouré la naissance d’un enfant qu’elle n’a jamais oublié.

Un petit inconnu dans la nuit.

Des années plus tard ce roman est écrit, et Fiona, l’héroïne, pose la question :

C’est quoi un enfant monstre ?

Peut-il naître, réussir à venir jusqu’à nous, et pourquoi ?

Peut-on l’aimer sans mesure ?

Cette interrogation fait frémir tout parent en devenir.

La réponse pourrait être : nul être humain ne vient pour rien sur la terre.

 

Un livre de femme dans lequel l’émotion gagne, page après page.

 

 

107

 

CRIS DANS UN JARDIN (Marie MURSKI)

Editeur : Cogito ergo sum  -  ISBN : 979-1091657433  -  247 pages

 

« Qui pourrait me croire si je racontais ? Je suis en enfer. Il crie si fort pour que je fasse ce travail, je cède, il me fait peur… S’il me voit inactive, il me tuera. Alors j’enlève des cailloux et sème du gazon, je ratisse ; en pleine canicule, l’arroseur tourne matin et soir pour faire pousser cette pelouse qu’il veut immédiatement. Dans le même temps il m’interdit l’usage des tuyaux pour arroser les plantes fragiles. Jusque très tard dans la nuit je ramène des bidons de la rivière et j’arrose les assoiffés. Je n’en peux plus. Je tombe à genoux. Il faudrait fuir mais je ne sais comment, je peux pas, je ne peux pas quitter mon jardin. »

Marie MURSKI est tombée entre les mains puissantes d’un prédateur pervers narcissique. Amoureuse, elle n’a pas vu le piège, ni le chasseur, ni l’affût.

Elle décrit le processus irréversible de la violence, de la terreur, du décervelage, année après année, durant quatorze ans. Mise en esclavage, enfermée dans un jardin qui est son œuvre et dont elle finit par comprendre qu’il sera son cimetière, elle est pourtant incapable de le quitter, de s’enfuir en le laissant voué à la destruction. Elle témoigne ici pour toutes ses sœurs d’infortune.

 

108

 

LE BEBE D’ADELE (Marie MURSKI)

Editeur : Cogito Ergo Sum  -  ISBN : 979-1091657457  -  358 pages

 

« Devant son miroir, Oscar Barey souriait béatement. Même après toutes ces années, l’évocation du bébé d’Adèle provoquait en lui, à chaque fois, un véritable enchantement.

Mais soudain son début d’extase se crispa, le rictus réapparut, car cette fois un vent mauvais avait soufflé, un vent malencontreux qu’il n’avait pas prévu. Raidi, il leva une main dont le tranchant… »

Gynécologue reconnu, adulé, couvert d’éloges, Oscar Barey est par ailleurs fort sympathique ; sa main est tendue, son sourire franc, sa mine impeccable.

Et qui pourrait reconnaître, tapi dans les méandres glacés de son cerveau, le Mal absolu ? Qui pourrait le démasquer ? Et malgré tout survivre ?

Après avoir relaté dans Cris dans un jardin quatorze années de violences perpétrées par un homme au-dessus de tout soupçon, Marie Murski se libère enfin.

Elle crée Sonia Balassi, héroïne danseuse de tango, boiteuse, fragile, rêveuse et attachante en « princesse sauveuse d’oiseau bleu et chasseuse de dragon » qui entreprend, dans le secret absolu et le danger permanent, de piéger le tueur monstrueux. De l’attraper. De l’obliger à reconnaître ses crimes.Avec d’inavouables procédés et d’improbables moyens.

Marie Murski a obtenu le Prix Reine Mathilde 2017, remis lors du salon du livre de Cheux (14), pour son livre « Le Bébé d’Adèle ».

 

Le dernier livre a paru récemment, mais je n'ai pas encore pu le lire :

 

Le chien jaune avait une oreille cassée

 

LE CHIEN JAUNE AVAIT UNE OREILLE CASSEE (Marie MURSKI)  

Editions Complicités - ISBN 9782351201213 - 142 pages

Ces sept nouvelles ont pour thème l’étrange partage des bêtes qui peuplent notre imaginaire et prennent vie, parfois, au travers de nos actes.
Avec le sang pour fil conducteur, les héroïnes, filles, femmes ou encore enfant, cherchent leur identité, se débattent et luttent pour leur survie, tour à tour assistées, secourues ou traquées par des bêtes : un cochon saigné rituellement, une renarde aux mamelles pleines, un chien jaune calamiteux, des grands et des petits oiseaux de malheur.
Certaines jeunes héroïnes n’auront d’autre issue que de se laisser dévorer dans des pays d’épouvante ; tandis que d’autres, en aparté fabuleux avec la bête de leur histoire, y trouveront leur survivance.

a

Merci pour vos visites et sympathiques commentaires